Background

L’année 2020 marque la fin du PNDES en cours. Un autre PNDES 2021-2025 devra lui succéder conformément au cadre temporel du système national de planification en vigueur, qui prévoit un plan à moyen terme tous les 5 ans jusqu’en 2040, horizon de la Vision. Ayant vocation à traiter des questions structurelles et systémiques, l’élaboration de ce nouveau plan, reposera, entre autres réflexions, sur une série d’études analytiques portant sur les thématiques suivantes : (i) rôle de l’innovation dans la transformation structurelle de l’économie guinéenne ; (ii) accélération de la transition numérique de la Guinée, (iii) promotion de l’économie verte ; (iv) fragilité et points d’ancrage d’une stratégie de résilience pour la Guinée ; et (v) valorisation du capital humain : bilan et perspectives. L’étude portant sur le premier thème est l’objet des présents termes de référence.

L’un des objectifs du PNDES 2016-2020, à travers son deuxième pilier stratégique, était de créer les conditions devant permettre l’amorce d’une dynamique transformationnelle des structures de l’économie, afin de parvenir à une prospérité inclusive et durable en Guinée. Ce pilier ainsi que les trois (3) autres du PNDES étaient portés par trois vecteurs de changements structurels : (i) des investissements catalyseurs (énergie, routes, ports, aéroports, TIC,…) dans le secteur minier sous-tendus par une bonne gouvernance minière; (ii) des gains de productivités dans le secteur agro-sylvo-pastoral et halieutique induits par des investissements en aménagements, en matériels et en outillage, le développement des compétences et l’ouverture au commerce ainsi qu’aux capitaux étrangers ; (iii) la diversification industrielle hors mines en lien avec les chaînes des valeurs en amont et en aval des agropoles. Il apparaît ainsi, que les choix stratégiques sous-jacents au PNDES 2016-2020, n’avaient pas explicitement, considéré l’innovation comme un vecteur de la transformation structurelle de l’économie guinéenne.

Or, les pays ayant opéré la transformation structurelle de leur économie ont fait de l’innovation une priorité de leurs politiques publiques. Il en a été ainsi : du Brésil qui a mis en œuvre de 2007 à 2010, le Plan Sciences, Technologies et Innovations ; de l’Inde qui a décrété la période 2010-2020, décennie de l’innovation ; de la Chine où la stratégie d’innovation engagée dès 1990, sous l’ère des réformes, s’est articulée autour de 10 secteurs stratégiques, dont l’automobile, l’acier, l’électronique, le textile… ; de la Russie qui a opté, dans le cadre de sa transition économique amorcée en 2005, pour la création pour 20 ans, de zones économiques spéciales d’innovation technologique, centrées, entre autres domaines, sur les nano et biotechnologies, la physique nucléaire, les technologies de l’information, l’ingénierie de précision… ; de la Malaisie où la recherche et l’innovation ont été érigés en axes prioritaires de la « Vision 2020 » du pays et concrétisés à travers des plans quinquennaux mis en œuvre à partir de 1990.

Considérée principalement par le passé, comme une évolution de l’agriculture vers l’industrie manufacturière, la transformation structurelle implique au regard des expériences des pays émergents, des changements dans tous les secteurs y compris dans le secteur des services. Ces changements, à la fois intra et intersectoriels, s’opèrent vers des activités à plus forte intensité de connaissances et à plus forte valeur ajoutée. Dans cette perspective plus large de la transformation structurelle, l’innovation joue un rôle de premier plan en ce qu’il constitue au même titre que les nouvelles technologies, les principaux facteurs du développement de nouveaux produits, procédés, méthodes d’organisation et marchés. Par ailleurs, la modernisation et la diversification de la production sont le fruit de l’innovation technologique, qui passe par différents stades à savoir l’apprentissage par imitation, la copie directe, l’ingénierie inverse et des modifications mineures de produits et de procédés. Ces différents éléments appellent les pays qui aspirent à l’émergence comme la Guinée, à concevoir et mener une politique d’innovation efficace s’ils veulent favoriser une transformation structurelle propice à la croissance et à une compétitivité extérieure plus accrue. C’est la raison d’être de cette étude dont l’objectif et les résultats attendus sont précisés ci-dessous, ainsi que les tâches du consultant international qui sera recruté pour sa réalisation. Le Consultant international sera appuyé par un consultant national.

Le Ministère du Plan et du Développement Économique a sollicité et obtenu du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), les ressources nécessaires, pour financer cette étude, pour une durée de 45 jours

Date limite de réception des offres : 26 Février 2021.

Prière envoyer vos propositions (propositions technique et financière) dûment signées:

Uniquement par e-mail : A: ic.offres.gn@undp.org

Avec mention de la référence et intitulé du dossier.

Votre proposition devra être reçue au plus tard le 26 Février 2021 à 17hr00mn GMT.

N’hésitez pas à écrire à l’adresse info.offres.gn@undp.org pour toute information complémentaire

Duties and Responsibilities

L’étude a pour objectif de fournir des contributions analytiques à l’élaboration du PNDES 2021-2025, sur le rôle de l’innovation dans la transformation structurelle de l’économie guinéenne.

Le consultant exécutera sans s’y limiter les tâches ci-après :

  1. la réalisation d’un état des lieux exhaustif prenant en compte les différents éléments d’un Système National d’Innovation (SNI) ;
  2. la mise en évidence des défis et des enjeux attachés à l’adoption par la Guinée, d’un schéma de SNI orienté vers la transformation structurelle de l’économie ;
  3. l’indication des lignes directrices à suivre pour opérer dans le PNDES II, des choix stratégiques pertinents en matière d’innovation en lien avec la trajectoire de l’émergence de la Guinée d’ici à 2040 et l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD) ;
  4. l’identification des moyens permettant de créer un environnement propice au développement de l’innovation : en particulier, l’infrastructure nécessaire à mettre en place, notamment celle relative au numérique et à la connectivité ;
  5. des propositions de modalités opérationnelles pour :
    1. l’instauration de partenariats entre le monde de la recherche et le milieu des affaires ;
    2. la création de parcs scientifiques, d’incubateurs, d’accélérateurs et de laboratoires d’innovation pour favoriser les idées novatrices et le développement de pôles d’innovation ;
  6. l’identification des besoins en renforcement des capacités pour évaluer les conséquences sociales, économiques et environnementales de l’innovation ;
  7. la proposition des mesures de protection des travailleurs en cas de perturbation du marché du travail provoquée par le développement de l’innovation
  8. la participation à des réunions de concertation ou de restitution concernant l’étude

Competencies

Compétences organisationnelles :

  • Démontre son intégrité par le respect des valeurs fondamentales des Nations Unies : intégrité, professionnalisme et respect de la diversité ;
  • Promeut la vision, la mission et les buts stratégiques du SNU ;
  • Dispose d’une capacité organisationnelle avérée, méticuleux et entreprenant.

Compétences fonctionnelles :

  • La capacité à travailler de façon autonome, en faisant preuve de flexibilité et d’initiative ;
  • Des compétences à mener une réflexion stratégique;
  • Une excellente maîtrise de l’outil informatique.

Esprit d’équipe :

  • Collaborer avec ses collègues afin d’atteindre les objectifs de la mission ;
  • Savoir travailler en équipe dans un environnement multiculturel.

Sens de responsabilité :

  • Assumer toutes ses responsabilités et honorer ses engagements ; produire les résultats dont il a la responsabilité dans les délais requis et les normes de qualité.

Aptitude à la communication :

Justifier d’une bonne capacité de communication, d’analyse et de rédaction.

Required Skills and Experience

Le Consultant devra avoir un diplôme universitaire (Bac+5) en économie du développement, en sciences et techniques, en analyse macroéconomique, en économie industrielle, en économie rurale, ou dans une discipline similaire

Le Consultant doit avoir :

  • une expérience professionnelle d’au moins cinq ans, dans la formulation des politiques industrielles ou dans les travaux analytiques dans les domaines de la science, des technologies et de l’innovation ;
  • une bonne connaissance des technologies de pointe ;

une excellente maîtrise du français, la connaissance de l’anglais serait un atout

Langues requises : Français, langue de travail du pays (parlé et écrit)

Cliquez ici pour postuler: Le Lien

Facebook Comments