Disculpé dans l’affaire d’escroquerie, tout comme Seydouba Sakho, maire de Matam,  Ismaël Condé n’est pourtant pas sauvé. Et pour cause !

Le vice maire de Matam, a été condamné à 3 ans et 4 mois de prison ferme et au paiement d’une amende de 30 millions pour offense au chef de l’Etat.

La décision a été rendue publique ce jeudi 8 juillet 2021 par le tribunal de première instance de Mafanco. Le vice maire de Matam, militant  de l’UFDG a été reconnu coupable d’offense sur la personne du président de la République, production, diffusion et mise à la disposition d’autrui des données de nature à troubler l’autre public et injures par le biais d’un système informatique.

 Au sortir de l’audience, Me Béavogui, son avocat,  a exprimé sa volonté de saisir la Cour d’appel suite.

Par ailleurs, Seydouba Sakho et Ismaël Condé, respectivement maire et   vice maire de Matam,  ont été déclarés non-coupables d’escroquerie, entrave à la liberté d’accès et à l’égalité des candidats dans les marchés. Ils étaient poursuivies Etoile Emergente dans le cadre de l’attribution d’un marché pour l’assainissement de la commune.

Mohamed Sylla

Facebook Comments