L’ex-vice maire de la commune de Matam, Ismaël Condé a été condamné jeudi par le tribunal de première instance de Mafanco à 3 ans 4 mois de prison ferme et au paiement d’une amende de 30 millions GNF pour offense au chef de l’Etat.

Une décision qui a mis en colère le leader de l’UFDG que le jeune politicien a rejoint après sa démission du parti au pouvoir, le RPG Arc-en-ciel.

« Notre justice, ayant reçu l’ordre de Alpha Condé de punir Ismaël Condé pour avoir adhéré à l’UFDG après son départ du RPG, tenta vainement de l’incriminer dans une loufoque affaire de contrats de la commune de Matam où le jeune Ismaël est vice-maire. C’est finalement « une offense au Chef de l’Etat » que notre justice trouva comme alibi pour exécuter l’ordre reçu et condamner le jeune Ismaël à, tenez-vous bien, 3 ans et 4 mois de prison ferme. Quelle honte ! », a-t-il écrit jeudi sur sa page Facebook.

Après sa condamnation par le TPI de Mafanco, Ismaël Condé a demandé « pardon » au président Alpha Condé dans l’espoir de bénéficier de la grâce présidentielle à l’image Madic 100 Frontières et de Souleymane qui ont tous été graciés après avoir présenté des excuses au chef de l’Etat après leur condamnation.

Kadiatou N’Diaye

Facebook Comments