L’ex militant de l’UFDG, Boubacar Grenade Diallo s’est fait entendre mercredi sur Evasion FM, face à la menace de l’UFDG de Cellou Dalein Diallo de reprendre les manifestations de rue après les examens nationaux.

Pour joindre l’acte à la parole, il promet de s’opposer farouchement à toute manifestation de rue qui se déroulera sur l’axe Hamdallaye-Bambeto-Cosa, dans la haute banlieue de Conakry.

« Moi Boubacar Grenade Diallo, je dis aujourd’hui non à la violence. Je dis non aux manifestations qui nous ramènent derrière et qui ne font que nous enterrer vivants. Depuis qu’on a commencé à jeter les cailloux et barrer la route, rien n’a changé. Ceux qui nous demandent de sortir dans la rue, n’ont aucune stratégie pour nous aider à réaliser nos rêver sans barrer la route et sans faire du mal aux autres. Ils n’ont aucune stratégie qui peut les aider à avoir le pouvoir sans verser du sang. », a-t-il déclaré.

Avant de rappeler : « Lorsqu’Alpha Condé, Bah Mamadou et Siradio Diallo nous demandaient de sortir dans la rue, où étaient les opposants qui nous appellent aujourd’hui à descendre dans la rue ? Le professeur Alpha Condé qui est là aujourd’hui, lorsqu’il se battait dans la rue avec Bah Mamadou, Siradio Diallo et autres, il avait dit dans l’un de ses discours qu’il ne vient pas au pouvoir pour gouverner des cimetières. Mais aujourd’hui, je vois des opposants, je n’aime pas dire que ce sont eux qui tuent, qui se battent pour gouverner des cimetières demain. Ils appellent à des manifestations dans le vide. ».

L’ex détenu gracié par le président Alpha Condé a menacé à son tour d’empêcher toute tentative de bruler des pneus pendant toute manifestation qui se tiendrait sur Hamdallaye-Bambeto-Cosa.

« Je suis contre les manifestations pas à 100% seulement, mais à 1000 %. Quiconque veut brûler un pneu dans la rue doit commencer par moi d’abord. Car, les politiciens divisent pour régner, se battent pour leurs intérêts. Ils ne se battent pas pour les intérêts de la nation. Ils savent que les manifestations vont causer des morts et des blessés. », a-t-il mis en garde.

« Je ne m’oppose pas aux manifestations parce que le chef de l’Etat m’a libéré. Je me suis opposé aux manifestations quand j’étais en prison (…). », a-t-il précisé.

Par un décret publié vendredi 18 juin 2021, Boubacar Grenade Diallo a été gracié par le président Alpha Condé. Il a été jugé et condamné à 10 ans de prison ferme pour « tentative de meurtre et détention illégale d’armes de guerre ».

 

Boua KOUYATE

Facebook Comments