Le président du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), Abdourahmane Sanoh a réagi jeudi chez nos confrères de RFI sur le mandat d’arrêt international émis par la justice guinéenne contre l’activiste Sékou Koudouno.

Pour Sanoh, cette décision de la justice guinéenne prouve à suffisance que le régime du président Alpha Condé chercher à distraire l’opinion publique au lieu de se focaliser sur l’essentiel.

« Le mandat d’arrêt contre Koundouno est pire qu’une diversion. C’est plutôt l’expression d’un agacement et l’expression d’une fébrilité au niveau du système. », a déclaré Abdouramane Sanoh dans un entretien accordé à RFI.

Plus loin, le leader du FNDC estime que ce mandat d’arrêt contre l’un des membres les plus engagés du FNDC ne peut nullement le détourner de sa conviction de continuer à s’opposer contre ‘’le 3ème mandat’’ du président Alpha Condé.

« Ils ont voulu imposer par la force le troisième mandat au peuple d’abord, ça ne peut pas tenir, mais, en même temps, on ne peut effrayer personne avec ces actes qui consistent juste à distraire (…). », a-t-il martelé.

Au moment où la justice guinéenne émettait le mandat d’arrête contre Sékou Koudouno, ce dernier continue son séjour en Europe en compagnie d’une autre figure de proue du FNDC qui ont tous quitté la Guinée au lendemain de la proclamation des résultats de la dernière présidentielle.

Mohamed Sylla

Facebook Comments