REPUBLIQUE DE GUINEE

MINISTERE DE L’ACTION SOCIALE ET DE L’ENFANCE (MASE)

Projet d’aide humanitaire d’urgence pour la lutte contre la fièvre hémorragique Ebola / Projet des Fonds d’Investissement de Relance Post-Ebola (PERSIF)

BP : —– Guinée  Tél. : (+224) 621 22 40 09 ; 666 62 76 00  Email : persif.guinee@gmail.com / mohamed.diaby2020@gmail.com

FINANCEMENT Don FSS N°5000199006368—– Identification du projet : P-GN-IB0-002

AVIS GENERAL DE PASSATION DES MARCHES

Le Gouvernement de la République de la Guinée a reçu de la Banque Africaine de Développement (BAD), à travers le Fonds Spécial de Secours (FSS) un don en vue du financement du Projet d’Aide Humanitaire d’Urgence pour la Lutte contre la fièvre hémorragique Ebola dont l’Agence d’Exécution est le Projet de Fonds d’Investissement de Relance Post Ebola (PERSIF).

Le but visé par le Projet d’Urgence est de contribuer à réduire la létalité (pour les personnes déjà malades) et le risque de propagation de l’épidémie de la FVH d’Ebola.

Les objectifs spécifiques du projet sont les suivants : (i) Renforcer les capacités des laboratoires à soutenir le diagnostic ; (ii) Améliorer la prévention, le contrôle et la gestion des cas dans les établissements sanitaires.

Le Projet d’urgence se décline en trois composantes ci-après : (A) Composante 1 – Renforcement des capacités des laboratoires ; (B) Composante 2 – Amélioration de la prévention, du contrôle et de la gestion des cas ; et (C) Composante 3 – Gestion du projet et Coordination.

La première composante se décline en une seule composante, celle du renforcement de la capacité des laboratoires à soutenir le diagnostic et le séquençage.

La seconde composante se décline en quatre sous-composantes, à savoir (i) Amélioration des capacités de prévention et de contrôle des infections et le respect des règles de prévention des infections dans les établissements de santé ; (ii) Renforcement de la gestion des cas ; (iii) Appropriation de la réponse par les communautés ; et (iv) Renforcement du système de santé en assurant la continuité des services de santé essentiels y compris dans le domaine de la santé maternelle.

Quant à la troisième composante, elle est relative aux activités de mise en œuvre et de suivi-évaluation du projet. Le PERSIF, agence d’exécution du Projet d’urgence fera appel aux agences gouvernementales en l’occurrence l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS), le Centre de Recherche et de Formation en Infectiologie (CERFIG), l’Institut National de Santé Publique (INSP), et la Direction Nationale de l’Action Sociale (DNAS) pour la mise en œuvre des activités du projet notamment les composantes 1 et 2, à travers des Conventions.

La problématique de santé publique est traitée de manière transversale dans les différentes souscomposantes du projet.

Télécharger l’avis complet en PDF

Facebook Comments