DANS LE CADRE DE SES ACTIVITES EN GUINEE, L’ASSOCIATION APDRA PISCICULTURE PAYSANNE RECHERCHE SON/SA

Responsable du Suivi-Evaluation et Capitalisation du Projet de Développement de la Pisciculture Commerciale familiale de Guinée (PisCoFam)

PRÉSENTATION DE L’APDRA

L’APDRA est une association à but non lucratif reconnue d’utilité générale, fondée en 1996. L’ONG soutient la pisciculture paysanne dans les pays du Sud et sensibilise les acteurs du Nord aux enjeux que représente cette activité pour le développement de l’agriculture familiale.

L’APDRA œuvre pour le développement d’une pisciculture intégrée à la dynamique agricole, environnementale et socio-économique locale en renforçant la sécurité alimentaire, en augmentant et diversifiant les ressources des exploitations familiales, en appuyant les organisations professionnelles représentatives du monde rural. L’association agit dans quatre (04) domaines importants : les techniques piscicoles, la structuration professionnelle, la formation et la recherche-développement.

DESCRIPTION SUCCINCTE DU PROJET

Le Projet de Développement de la Pisciculture Commerciale Familiale (PISCOFAM), d’une durée de 5 ans

(2019-2023) et dont le maitre d’ouvrage est le Ministère des Pêches, de l’Aquaculture et de l’Économie Maritime (MPAEM) et une maitrise d’œuvre assurée par l’APDRA Pisciculture Paysanne, est structuré en trois composantes et trois zones d’intervention :

  • La composante 1, basée N’Zérékoré, vise la densification et l’extension de la rizi-pisciculture et la professionnalisation de la filière des rizi-pisciculteurs en Guinée forestière et, par adaptation, au sud de la Haute-Guinée.
  • La composante 2, basée à Dubréka, permet la mise en œuvre de recherches-actions piscicoles en Guinée-Maritime sur de nouveaux référentiels adaptés en matière de rizi-pisciculture dans les périmètres rizicoles des mangroves et en zone de bas-fonds en matière de pisci-riziculture en étangs de barrage, de rizi-pisciculture parcellaire et de pisciculture en étangs de dérivation.
  • La composante 3, basée à Conakry, assure la coordination, les appuis institutionnels et le suivi environnemental et social.

Le projet vise :

  1. Etendre et densifier la pisci-riziculture en Guinée Forestière et, par adaptation, en Haute Guinée ;
  2. Expérimenter des référentiels adaptés dans la rizi-pisciculture et la pisciculture de bas-fonds de Guinée maritime ;
  3. Renforcer les capacités des cadres et des institutions en matière de pisciculture ; développer et mettre en œuvre de nouveaux curricula dans les écoles de formation professionnelle ;
  4. Suivre et gérer les impacts environnementaux et sociaux, y compris en termes d’inégalités de genre, et adapter l’approche du projet aux spécificités des jeunes et des femmes afin de renforcer leur inclusion dans les dynamiques piscicoles.

DESCRIPTION DU POSTE

Le poste est basé à N’Zérékoré / République de Guinée, avec des déplacements dans les zones d’intervention du projet (Guinée Forestière, Haute Guinée et Basse Guinée).

La Responsable de Suivi-Evaluation et Capitalisation (SE&C) sera chargée de suivre les indicateurs du projet, animer une réflexion au sein du projet et avec l’ensemble des parties prenantes pour comprendre le contexte d’intervention et les dynamiques piscicoles observées, suivre les actions du projet et assurer la communication interne et externe du projet. Elle participe ainsi à l’animation de la Recherche-Action (RA) et l’évaluation des activités de ce volet transversal aux composantes 1 et 2 du Projet conformément aux orientations données par le comité de RA représenté par le Directeur exécutif.

La Responsable du SE&C devra travailler en étroite collaboration avec le Chargé du Suivi & Évaluation de la Cellule de Coordination Nationale du Projet du MPAEM.

La Responsable du Suivi-Evaluation et Capitalisation (SE&C) sera assistée dans ce travail par un(e) chargé(e) de S/E (personnel international, composante 2), un(e) assistant(e) du suivi-évaluation et de base de données (personnel national) et par des enquêteurs (recrutés en prestation selon les besoins de la cellule). Des stagiaires guinéens et internationaux pourront également être mobilisés.

Sous la responsabilité du Directeur exécutif des composantes 1 et 2 du projet de PISCOFAM, ci-après dénommé chef de projet et du Responsable Opérationnel au siège de l’APDRA, la mission du Responsable de Suivi-Evaluation et Capitalisation s’articule autour des 7 axes de travail décrits en section suivante.

Mission 1 : Assurer le suivi des indicateurs du projet (objectifs quantitatifs et qualitatifs) et  évaluer les choix des pisciculteurs et autres acteurs des territoires

Il sera mis en place un système de collecte des données permettant de :

  • Renseigner la progression vers l’atteinte des objectifs quantitatifs du projet : nombre de pisciculteurs, surface aménagée, niveaux de production à l’échelle régionale en s’appuyant sur des hypothèses de rendement, hypothèses qui s’appuient sur les données collectées pour un échantillon d’exploitations.
  • Collecter les données relatives aux performances technico-économiques d’un échantillon d’une trentaine d’exploitation (« étangs sentinelles ») en lien étroite avec la cellule technique de RA
  • Repérer les pratiques innovantes s mises en œuvre par des pisciculteurs : par exemple sur la base d’enquêtes semi-ouvertes et de groupes de discussion ; ce sera une dimension importante du travail en réseau des différents volets de la composante 1 et de la composante 2. La partie évaluation proprement dite pratiques innovantes pourrait être rattachée à la RA.
  • Orienter le conseil technique et la gestion de l’exploitation: ici plus que des indicateurs à mesurer, il s’agit de mettre en relation les données techniques ou économiques avec les choix qui sont faits par le producteur et le fonctionnement de l’atelier   en, s’appuyant sur des études de cas.
  • Apporter des éléments pour orienter la stratégie du projet(ou plus largement la stratégie de la maîtrise d’ouvrage et des autres acteurs de la pisciculture). Cela comprend, en plus des données de recensement et de production, la mesure d’indicateurs technico-économiques comme la productivité du travail ou la rentabilité des investissements.

Mission 2 : renforcer les compétences de la Fédération et des partenaires techniques en matière de suivi-évaluation

Les Directions Provinciales de la Pêche et de l’Aquaculture (DPPA) seront associées pour collecter les données sur les villages et les pisciculteurs dans les zones non couvertes par le Projet. Les données collectées seront ensuite saisies sur le logiciel de gestion de base de données (Microsoft Access par exemple).

Il s’agira de :

  • Sensibiliser et former la FRPGF au SE&C: avant de démarrer les travaux de collecte et d’actualisation de la base de données, il sera judicieux de faire un travail de fonds avec les équipes des partenaires techniques et de la fédération pour leur expliquer et les former sur l’importance du suivi-évaluation pour le projet, les outils et méthodes de collecte de données qui seront mis en place, les destinataires des résultats des analyses.
  • Gérer, entretenir et transférer la base de données de recensement à la FRPGF : une base de données a été élaborée en 2015 grâce aux informations collectées dans le cadre du Projet Piscicole de Guinée Forestière (PPGF, 2005-2008) et au début du Projet de Développement de la RiziPisciculture en Guinée Forestière (PDRP-GF, 2012-2017). Il s’agira de poursuivre, actualiser et progressivement transférer à la Fédération des Rizi-Pisciculteurs de Guinée Forestière (FRPGF) la base de données de recensement sur les villages, les pisciculteurs et la structure des exploitations (nombre d’étangs par pisciculteur, surface par étang et géolocalisation des étangs). Ces données pourront être collectées soit par les ACP, soit par des enquêteurs préalablement formés.

Mission 3 : Contribuer à la résolution des problèmes des groupes de pisciculteurs et de autres acteurs des territoires

Les difficultés (techniques, économiques, organisationnelles, etc.) exprimées par les pisciculteurs ou autres acteurs du territoire seront problématisées avec eux par l’APDRA et les ONG locales partenaires, et des solutions seront co-construites en mobilisant : les connaissances existantes au sein du Projet et de l’APDRA;  des expertises extérieures ; ou si cela s’avère nécessaire par la réalisation d’études spécifiques ou la mise en œuvre d’expérimentations (RA). Le travail sera de :

  • Renseignerles pratiques innovantes repérées  afin d’alimenter le processus participatif de validation ou pas selon les critères choisis (faisabilité, accessibilité, rentabilité, durabilité, réplicabilité…) ; ce sera une dimension importante du travail en réseau des différents volets de la composante 1 qui pourra  être conduit avec la cellule de RA
  • Appuyer (co-animer) le processus de formulation et problématisation des préoccupations de groupes de pisciculteurs (et autres groupes d’acteurs du territoire) et de co-construction de solutions (approche GERDAL par exemple)
  • Suivre et évaluer les résultats à court terme (sur la durée du projet) des actions de recherche entreprises et de s’assurer de leur restitutionpar la cellule technique de RA auprès de l’ensemble des parties prenantes du projet.

Mission 4 : Réaliser les études, enquêtes et évaluations structurantes pour la mise en œuvre du Projet 

Dans la lignée des travaux engagés sur le PDRPGF, les études de description du fonctionnement des systèmes agraires (échelles des exploitations agricoles familiales, à l’échelle régionale), de caractérisation des réseaux locaux de pisciculteurs (groupes villageois, territoire) et de diagnostic des systèmes d’élevage sont confié la responsable du SE et C en lien étroit avec les équipes techniques (ONG nationales).

– Coordonner ou réaliser des études, enquêtes et évaluations spécifiques au service des composantes      « opérationnelles » :

Dans le cadre du PDRP-GF, une première enquête de marché a été réalisée et a permis de comprendre l’organisation de la commercialisation sur le marché de N’Zérékoré et la structure des prix sur ce marché. Cette enquête sera poursuivie, approfondie et étendue en termes géographique, en articulation avec les activités mises en œuvre en 2016-2019 dans le cadre du projet d’Appui à la Filière et à la Profession Piscicoles (AF2P).  D’autres études seront menées à l’issue des échanges avec les partenaires techniques et une validation par le conseil scientifique de l’APDRA.

Mission 5: Coordonner la capitalisation des connaissances produites

Dans ce volet il sera question de capitaliser les connaissances produites par les équipes du projet (et notamment la cellule RA) : organiser et formaliser les connaissances produites en vue de leur partage au sein du projet ou de leur diffusion vers l’extérieur.  La capitalisation prendra en compte des questions cruciales en lien avec :

  • Les dynamiques et enjeux fonciers dans les bas-fonds ;
  • L’impact des femmes sur les choix d’investissement en pisciculture et leur participation à l’activité ;
  • Les innovations techniques ;
  • Le développement de la pisciculture dans la région (base de données) ;
  • Les résultats technico-économiques des ateliers piscicoles mais également la description et l’analyse des pratiques piscicoles ;
  • Les processus d’apprentissage et de circulation des savoirs intéressant directement les activités de conseils au cœur du projet (parrainage, formation relais).
  • La capitalisation conduira à l’élaboration de supports pédagogiques de différentes formes (fiches avec textes et dessins, films, journaux ou lettres de liaison, etc.) destinés aux PR et autres acteurs de la filière piscicole ou d’autres documents (plaidoyer, notes stratégiques…) à usages de l’administration et des parties prenantes du développement de la pisciculture.

Mission 6 : Suivre les mesures environnementales et sociales, en lien avec la Composante 3

Une étude d’impact environnemental et social (EIES) a été réalisée en octobre 2015. C’est la première étude d’impact environnemental et social conduite sur les projets de l’APDRA en Guinée. A l’issue de cette étude, un plan de gestion environnementale et social (PGES) a été proposé. Parmi ces mesures, on retiendra la mise en place d’un point focal « E&S et genre » au niveau de la maitrise d’ouvrage et d’une cellule correspondante au niveau opérateur.

Le réseau d’une trentaine d’étangs dits « sentinelles » pourra être mobilisé pour collecter des données comme par exemple mesurer l’envasement, la teneur en glyphosate, en nitrate et en coliformes fécaux. Par ailleurs, le rapport invite également au suivi d’indicateurs de santé humaine et d’impacts sociaux plus généraux. Dans le cadre du PISCOFAM, il sera question :

  • de définir quel acteur est légitime et compétent pour réaliser ces mesures ;
  • de définir de manière participative et à suivre en priorité les indicateurs qui intéressent les producteurs et les autres acteurs du territoire (producteurs en aval des étangs, consommateurs des poissons d’étangs, ou simplement résidents des villages piscicoles) ;
  • de prendre en compte les inégalités de genre, et d’adapter l’approche du projet aux spécificités des jeunes et des femmes afin de renforcer leur inclusion dans les dynamiques piscicoles.

Le suivi des mesures environnementales et sociales, regroupées en 5 catégories (environnement (MEN) social & santé (MSO), genre (MGE), renforcement des capacités (MRC), évaluation et suivi E&S (MSE)), qui permettent la prise en compte des enjeux E&S du Projet. Elle sera en liaison avec le Bureau Guinéen Etude Evaluation Environnement et en charge du rapportage environnemental en lien avec le point focal E&S du MPAEM de la cellule de projet.

La responsable du SE&C pourra mobiliser la cellule RA et plus largement les compétences du Cirad en lien avec la composante 3 du Projet.

Mission 7 : Communication / Reporting 

  • Gestion et coordination de la communication interne et externe des Composantes 1 et 2 :

    • Elaboration et mise en œuvre du plan de communication des composantes 1&2 et appui à l’élaboration du plan de communication de la Fédération en accord avec le plan de communication global du projet ;
    • Conception et amélioration des outils de communication (dépliant, plaquette, panneau de visibilité, autocollant, etc.), et de plaidoyer ; et l’organisation des activités de communication et visibilité ;
    • Mise en place de procédures internes de gestion de l’information ;
  • Appuyer le chef de projet dans la rédaction des rapports techniques et des rapports d’activité semestriels et annuels ;
  • Appuyer le chef de projet dans l’organisation des comités de pilotage et autres évènements de sensibilisation, communication, capitalisation ;

RÉFÉRENTS

Ce poste est placé sous la responsabilité hiérarchique du Directeur Exécutif des Composantes 1&2. Le/la Responsable du Suivi-Evaluation et Capitalisation travaille en étroite collaboration avec les équipes opérationnelles des composantes 1&2 et supervise l’équipe suivi-évaluation du projet (Chargé de Suiviévaluation de la Composante 2, Assistant Resp SEC, Chargé de Communication/Reporting, Cadre détaché du MPAEM charge du suivi-évaluation, une équipe de stagiaires)

QUALIFICATIONS ET EXPÉRIENCES DEMANDÉES

Diplôme(s) : Bac+5 (Ecole d’ingénieur, master) en agronomie, agriculture, sociologie rurale…
Langue (s) : Maitrise du Français, un dialecte local appréciée.
Expérience : Construction de méthodologie et conduite d’entretiens et d’enquêtes
  Réalisation de diagnostics agraires
  Expérience dans un organisme de développement rural dans les pays du Sud
Atouts : Expérience dans la construction d’un dispositif de suivi-évaluation ou de capitalisation
  Maîtrise des logiciels de traitement de données, maîtrise de logiciels SIG ; Connaissances en pisciculture.

APTITUDES

  • Forte appétence pour le terrain et bonne résistance physique lors de déplacements sur le terrain ;
  • Capacités de travail en autonomie, persévérance
  • Très bonne compréhension et analyse des dynamiques rurales
  • Très bonnes capacités de communication, sens de la diplomatie dans un environnement institutionnel et culturel complexe ;
  • Rigueur et organisation du travail
  • Bonnes capacités rédactionnelles et de synthèse.       Savoir conduire la moto

CONDITIONS DU POSTE

  • Contrat de travail à durée déterminée d’usage (CDDU) de 06 mois avec possibilité de prolongation jusqu’au 31 décembre 2023 ou statut de Volontariat de Solidarités Internationales (VSI) de 2 ans en fonction du profil du candidat.
  • Basé à : N’Zérékoré, Guinée Forestière, déplacements réguliers dans les zones d’intervention du projet.
  • Date de démarrage souhaitée : janvier 2022
  • Salaire : selon la grille salariale en vigueur au sein de l’APDRA Pisciculture Paysanne.

DÉPÔT DE CANDIDATURES

  • Envoyer CV + LM par email à l’adresse : piscofam@apdra.org
  • Référence à rappeler impérativementdans le sujet du mail et dans le titre des documents attachés : GUI-RSEC-2021
  • Date limite d’envoi des candidatures : 30/11/2021
Facebook Comments