DEUX STAGIAIRES POUR LA RÉALISATION DE 2 ÉTUDES FILIÈRES ET DE MARCHÉS DANS LE CADRE DU PROJET « ONE LANDSCAPE : ONE VISION » DANS L’ÉCOSYSTÈME FORESTIER ZIAMA EN GUINÉE FORESTIÈRE

Fondé en 1976, le Gret est une ONG internationale de développement qui agit du terrain au politique pour lutter contre la pauvreté et les inégalités. Dans plus de 28 pays, ses professionnels interviennent sur une palette de thématiques afin d’apporter des réponses durables et innovantes pour le développement solidaire. Il combine actions de terrain avec des activités d’expertise, de contribution aux politiques publiques et de capitalisation/diffusion de références.

Contexte

Le Gret intervient depuis le milieu des années 90 en Guinée sur des problématiques de sécurité alimentaire et nutritionnelle et d’appui au développement rural dans les différentes régions du pays. Le Gret collabore avec de nombreux acteurs locaux (ONG, organisations paysannes et professionnelles, services de l’Etat et autorités locales).

Le projet « One Landscape : One Vision – Enabling all stakeholders to achieve sustainability for people, forest and wildlife in the Wologizi-Wonegizi-Ziama landscape », mis en œuvre par Fauna et Flora International (FFI), en partenariat avec le Gret, doit démarrer en mars 2022 pour une durée de 25 mois. Il s’inscrit dans le Programme d’Appui pour la Préservation des écosystèmes Forestiers en Afrique de l’ouest (PAPFor) de l’Union européenne, et en particulier pour les écosystèmes forestiers transfrontaliers de Mano-Wologizi-Wonegizi au Libéria et de Ziama en Guinée, ci-après dénommés Wologizi-Wonegizi-Ziama (WWZ). Ces écosystèmes forestiers WWZ abritent certaines des plus grandes forêts restantes de Haute-Guinée, réserve de biodiversité mondiale largement reconnue abritant plus de 25% des mammifères sauvages d’Afrique. Ils possèdent une grande diversité d’espèces faunique et de la floristique, et abritent d’importantes espèces menacées (chimpanzé occidental, hippopotame pygmée, pangolins, éléphant d’Afrique…). La perte des habitats, la dégradation des terres, la chasse et le commerce illégal d’espèces sauvages sont identifiées comme des causes qui entraînent une perte de biodiversité dans ces écosystèmes et qui, associées au changement climatique, ont un impact négatif sur la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance des populations de cette zone. Le projet « One Lanscape : One Vision » vise donc la gestion durable des aires protégées et de leurs zones forestières adjacentes, à l’échelle de chacune des forêts Wologizi, Wonegizi et Ziama, et via des approches transfrontalières harmonisées.

L’Objectif général du projet est de permettre un développement économique endogène, durable et inclusif des écosystèmes forestiers WWZ, répondant aux défis du changement climatique et du maintien de la biodiversité. Ce projet contribuera ainsi à 4 résultats :

Résultat 1 : la planification de l’utilisation des terres, du village à l’écosystème, avec des mesures pour les corridors de conservation critiques et le renforcement/la consolidation des zones forestières,

Résultat 2 : la protection, le suivi, la gestion et la gouvernance participative des zones de conservation,

Résultat 3 : la gestion des ressources naturelles et la génération de revenus et moyens de subsistance durables pour les communautés adjacentes,

Résultat 4 : le développement d’approches et une coopération transfrontalières.

En tant que chef de file, FFI interviendra au Libéria et en Guinée sur l’ensemble des résultats.

Le Gret interviendra en Guinée (Ziama) uniquement, sur des actions relatives aux résultats 1 à 3 : planification de l’utilisation des terres, appui à la gouvernance concertée de l’aire protégée, soutien à une agriculture (agroforesterie) et des filières durables, éducation et accès au financement, conseil agricole sensible à la nutrition, formation des structures communautaires sur l’accès à la fiscalité locale et aux budgets publics….

Basée à Sérédou, l’équipe Gret du projet sera composée d’1 Coordinateur(rice) régional(e), et sous sa coordination : 1 Assistant(e) technique et méthodologique (contrat de Volontariat de solidarité internationale), 3 responsables thématiques (1 « gestion des ressources naturelles / biodiversité », 1 « agroforesterie et conseil agricole sensible à la nutrition », 1 « filières, concertation et financement »), 8 animateur(rice)s de terrain (4 agriculture/filières et 4 GRN/biodiversité), 1 Responsable Administratif(ve) et comptable, 1 logisticien(ne) et 2 gardiens. Le(la) Coordinateur(rice) régional(e) sera appuyé(e) par la Représentation du Gret en Guinée (Représentant, Responsable administratif et financier) et le siège du Gret (appui technique sur les différents thèmes abordés par l’action, gestion financière). Le(la) Coordinateur(rice) régional(e) sera en lien direct quotidien (planification, coordination) avec les équipes de FFI basées à Sérédou.

Le Gret mobilisera également des organisations communautaires/locales, régionales ou nationales (organisations paysannes, ONG…) qui ont des capacités techniques/économiques/organisationnelles (capacités de formation) et le potentiel de contribuer au développement économique et social des populations rurales. Certains services publics (par exemple, au sein du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, du ministère de la Santé) pourront être impliqués.

Descriptif du stage

2 filières sont pré identifiées par l’équipe du Gret et ses partenaires pour faire l’objet de divers accompagnements par le projet. Il s’agit du cacao et du poivre, au sein de systèmes agroforestiers dans les zones limitrophes de l’aire protégée Ziama. Ces accompagnements concerneront potentiellement des appuis technicoéconomiques aux producteurs et autres maillons de ces filières (formations, équipements, visites d’échanges, voyages d’études…), l’appui à l’organisation des acteurs et la structuration de la filière (concertation interprofessionnelle), la recherche de marchés et débouchés (dont prospection commerciale et marketing) …

Deux étudiant.e.s stagiaires internationaux.ales et deux chargé.e.s de mission guinéen.ne.s seront recruté.e.s afin de réaliser les études initiales (filières et marchés) pour ces 2 produits. Un binôme sera responsable du travail à fournir pour le cacao, et l’autre binôme se chargera du travail pour le poivre.

De façon similaire pour les 2 produits, il est attendu l’accomplissement des tâches suivantes :

Etudier en profondeur le fonctionnement actuel de la filière :

Description et caractérisation des acteurs de la filière (directs et indirects), le niveau d’organisation des différents maillons ou groupes d’acteurs, et les interactions/relations entre acteurs ;

Description et caractérisation des interactions/relations spécifiques des producteurs avec les autres acteurs de la filière ;

Analyse de l’environnement institutionnel de la filière (politiques publiques, actions des services techniques, de la recherche agronomique, des organisations paysannes faitières, des projets et programme de développement de la filière…) ;

Identification et analyse des atouts et contraintes qui existent au niveau de la filière, et les impacts et enjeux pour la filière en général.

Réaliser l’analyse de la demande (marchés) :

Caractérisation des marchés actuels et potentiels : estimation de la demande (types d’acheteurs, quantité et qualité), prix et variation dans l’année, lieu et modalités d’achat/approvisionnement, compétitivité, comptes d’exploitation…;

Caractérisation des débouchés finaux pour les produits (transformés pour le cacao) : types de produits finaux, lieux de vente, marketing développé, prix final consommateurs…;

Identification des contraintes existantes des acheteurs pour accéder à des produits de qualité et en quantité suffisante dans la zone ;

Mener un diagnostic approfondi du maillon production :

Caractérisation de l’activité de production : typologie des producteurs selon critères à préciser, et pour chaque type, compréhension des itinéraires techniques, pratiques de commercialisation/vente (débouchés actuels), comptes d’exploitation ;

Compréhension de l’offre en crédit (campagne, collecte, investissement…) et des capacités d’accès par les producteurs ;

Connaissances des marchés (attentes des acheteurs) par les producteurs ;

Analyse des contraintes auxquelles sont confrontés les producteurs (en lien notamment avec leurs difficultés à atteindre ou honorer les marchés identifiés) ;

Analyse des acteurs indirects avec qui les producteurs sont en lien pour la production ou la commercialisation (y compris ONG, OP et services de l’Etat) et analyse des activités, moyens et contraintes de ces acteurs ;

Réaliser des restitutions participatives dans les communautés (présélection de 6 villages) :

Réunion des producteurs et parties prenantes pertinentes au sein de chaque village, pour partage et amendement des analyses, et réflexions concertées sur la vision de développement de la filière et les priorités d’actions afin de soutenir les producteurs et autres acteurs clés de la filière.

Effectuer des recommandations pour le projet :

Synthèse des solutions, moyens pour lever les contraintes identifiées par les producteurs, pour l’amélioration de la qualité et la valorisation de cette dernière (marketing), la satisfaction de la demande, la structuration des opérateurs impliqués (leurs organisations) et leur concertation, les besoins de renforcement de capacités dans tous les domaines…

Précision/définition spécifique des investissements éventuellement nécessaires, en particulier pour la transformation des produits – et pistes pour l’accès (crédits, subventions…) et les modalités de gestion de ces équipements.

Profil recherché

De formation supérieure dans le domaine de l’agriculture/agroalimentaire/agroéconomie – une bonne connaissance/compréhension des problématiques environnementales et de biodiversité est indispensable ;

Connaissances et/ou une expérience avérée sur le développement des filières agricoles et la commercialisation des produits agricoles ;

Fortes capacités d’analyse, de synthèse et de rédaction ;

Créativité et autonomie dans le travail ;

Rigueur et sens de l’organisation ;

Motivation à travailler et séjourner (en partie) en zones rurales ;

Au moins un séjour effectué dans un pays du Sud, de préférence en Afrique de l’Ouest ;

Souplesse et adaptation, ouverture d’esprit à d’autres cultures ;

La maitrise de l’anglais est un plus.

Le GRET s’engage pour les personnes en situation de handicap et lutte activement contre toutes les formes de discrimination. Cette offre d’emploi est ouverte à toutes les personnes présentant le profil recherché.

Conditions et durée

Le stage, pour ces deux étudiant.e.s, est prévu sur une durée de 6 mois, avec un démarrage souhaité en avril 2022. Il sera réalisé en binôme avec du personnel guinéen.

Après un passage de quelques jours au siège du Gret à Nogent sur Marne, les 2 stagiaires seront basé.e.s à Sérédou, en Guinée Forestière, dans les locaux du Gret. Des déplacements réguliers sont prévus dans les différentes zones du projet en Guinée Forestière (Préfecture de Macenta) où les stagiaires seront amené.e.s à résider ponctuellement.

Le projet assurera les déplacements (motos du projet et/ou location de véhicules).

Une convention de stage à l’étranger est obligatoire.

Les indemnités de stage sont de 600,6 € par mois. Le billet d’avion, le visa et les vaccins sont pris en charge par le Gret. Le logement, la nourriture et l’assurance (attestation à fournir) sont à la charge des stagiaires.

Modalités de soumission des dossiers

CV et lettre de motivation à envoyer avant le 20 mars 2022 à accueil@gret.org, avec comme objet du mail “Stage filières – One Landscape One Vision Guinée ”.

Seul/es les candidat/es sélectionné/es seront contacté/es pour passer un entretien – Merci de ne pas téléphoner.

Pour en savoir plus sur le Gret : www.gret.org

Facebook Comments