Après l’annonce de sa mise en liberté provisoire par la Chambre spéciale de contrôle de l’instruction de la CRIEF, l’ancien ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Albert Damantang Camara ne rentrera pas finalement à la maison. Et pour cause !

Le procureur spécial de la CRIEF, Aly Touré s’est pourvu en cassation contre cette décision des juges de la Chambre de contrôle de l’instruction de la CRIEF.

Une décision qui maintiendra l’ex porte-parole du gouvernement du régime d’Alpha Condé à la maison centrale de Coronthie aux côtés d’autres anciens dignitaires dont l’ex Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, l’ancien ministre de la Défense Mohamed Diané, l’ancien président de l’Assemblée nationale, Amadou Damaro Camara et l’ex ministre de l’Environnement Oyé Guilavogui.

Pour bénéficier de cette liberté provisoire auprès de la CRIEF, le ministre Albert Damantang Camara s’était engagé à payer une caution d’un milliard de francs guinéens.

Après le refus du procureur spécial de la CRIEF, Aly Touré, les yeux sont désormais tournés vers la Cour suprême où les avocats de l’ex ministre de la Sécurité ont décider de saisir pour accorder la liberté provisoire à leur client.

 

Mohamed Sylla

Facebook Comments